LE DOMAINE DE FONTBONAU

<meta name="google-site-verification" content="OdkFaafMA2DK9n8b7YQ98x2Y-BURDNwsLRqPfrrLKEE" />

vin vignoble viticulture rouge blanc tanin sud meilleur
france rhone nature foret huile olive miel lavande
cepage cave viniculture vigneron talentueux savoirfaire

Fontbonau est un site préservé et sauvage dans la partie septentrionale des Côtes du Rhône Sud. En Drôme provençale, entre les villages de Montbrison-sur-Lez et du Pègue, à quelques 350 mètres d’altitude, nichée au pied du massif de la Lance, la nature y règne sous le soleil et les vents frais des contreforts des Préalpes. Des vignes de grenaches cinquantenaires, des oliviers, des champs de lavandes, des petits bois de chênes truffiers et de pins, des collines de calcaire et de safre ont conquis deux amis d'enfance, Frédéric Engerer et Jérôme Malet, qui décident en 2008 de faire renaître le domaine de Fontbonau et d’y produire un vin au plus près de la nature.  Ils revendiquent dès l’origine la certification en agriculture biologique, voire nature, produisant des vins sans souffre, ni intrants. 

Le lieu-dit de Fontbonau a une histoire extrêmement riche : un prieuré clunisien du XIIème siècle, édifié sur un lieu de culte gallo-romain, jouxte ses parcelles de syrah, des fouilles archéologiques ont révélé des traces d’occupation dès le Néolithique Moyen (vers 4000-3000 av JC) et le petit musée du Pègue voisin témoigne d'un important nœud d'échanges culturels et commerciaux dans l'Antiquité. La ferme de Fontbonau existe dès le XVème siècle, certainement une dépendance du monastère. Fontbonau est également inscrit sur la carte de Cassini (première carte topographique du royaume de France établie à l’instigation de Louis XIV et de Colbert, tout au long du XVIIIème siècle) ; attestant ainsi de la reconnaissance du lieu-dit dès cette époque. 

 
 

LA GENÈSE D'UNE AVENTURE

Jérome Malet à gauche et Frédéric Engerer à droite

Des passionnés

De jeunes passionnés à entrepreneurs, Jérôme et Frédéric ont accumulé un savoir-faire et des compétences leur permettant de produire un vin d’exception. Jérôme s’est imprégné de la culture viticole transmise par son grand-père et ses parents qui ont créé les vins Sarda-Malet. Il a ensuite repris ce domaine familial et y a produit des vins des Côtes du Roussillon, le Sarda-Malet, la Réserve, le Terroir Mailloles, la Carbasse parmi d’autres cuvées prestigieuses qui ont bénéficié d’une renommée internationale. Frédéric, lui, s’initiait au vin en conversant avec son grand-père, Marius Pons, négociant à Narbonne. Ensuite, à 26 ans, il créait un bar à vin à Paris. Il est aujourd’hui gérant des prestigieux domaines de Château Latour, d’Eugénie, de Château Grillet, en France et étend son expertise jusqu’en Napa Valley. 

 

Frédéric et Jérôme mènent leur première aventure viticole en plantant des cabernets sauvignons sur les terres de Sarda-Malet pour élaborer une cuvée rare, un vin de pays des côtes catalanes baptisé Marius en 1994. Quatorze ans plus tard, toujours motivés par la quête de leur vin rêvé, ils décèlent en Fontbonau un merveilleux terroir qu’ils décident d’enrichir de sélections massales de Grenache, de Syrah, de Roussanne, de Viognier. Dans le même temps, ils font édifier une cave contemporaine avec l’aide de l’agence Versions. Le premier millésime de Fontbonau est produit en 2008. La jeune Sophie Mage, brillante ingénieur agronome les accompagnent dans cette aventure. Elle œuvrera 10 ans à Fontbonau avant de poursuivre sa carrière à Bordeaux. Aujourd'hui, un autre jeune passionné, Bertrand Degat a repris la direction technique du domaine.

Deux amis ont eu le goût du vin et de la vigne dès leur jeune âge. Jérôme Malet s’est imprégné de la culture viticole transmise par son grand-père et ses parents qui ont créé les vins Sarda-Malet. Il a ensuite repris ce domaine familial. Frédéric Engerer, lui, s’initiait au vin au travers les explications de son grand-père, Marius Pons, négociant à Narbonne. Ensuite, à 26 ans, il créa un bar à vin à Paris. Frédéric et Jérôme mènent leur première aventure viticole en 1997. Ils plantent des cabernets sauvignons dans le Roussillon et élaborent une cuvée rare, vin de pays des Côtes Catalanes, baptisée Marius. En 2008, ils jettent leur dévolu sur un terroir marqué de siècles d’Histoire qu’ils choisissent de faire renaître : Fontbonau.

Le vin a pris une place centrale dans la vie de ses deux amis. De jeunes passionnés à professionnels, ils ont accumulé un savoir-faire et des compétences leur permettant de produire un vin d’exception. Baigné d’une culture viticole familiale, Jérôme s’est occupé du domaine Sarda-Malet et l’a développé pour produire des vins très appréciés aussi bien par des passionnés que des experts. Frédéric, pour sa part, est gérant du prestigieux Château Latour. A partir de 2008, ils enrichissent Fontbonau de sélections massales de Grenache, de Syrah de Roussanne, de Viognier, plantent également des oliviers, des lavandes ainsi que des arbres truffiers. Dans le même temps, une nouvelle cave est construite. Le premier millésime de Fontbonau est produit en 2009.

     Cet endroit magnifique, totalement naturel aux portes de la Provence séduit ces deux fous de vin et de nature : des oliviers, des lavandes, des grenaches cinquantenaires, des chênes truffiers ainsi que des petits bois sur des collines doivent y être à tout prix préservés. Frédéric et Jérôme décident de produire du vin, de l’huile d’olive et du miel, de cultiver les lavandes dans le respect de la nature et ce tout en BIO.

LEs Spécificités DU DOMAINE

Un patrimoine historique et viticole à faire renaître

Les vieilles vignes s’enracinent dans un sol sablo-limoneux associé à de fines argiles : des sols pauvres mais bien colonisés par le système racinaire des souches, un drainage rapide en temps de pluie mais une réserve utile d’eau précieuse lors des périodes de sécheresse estivale. Le sous-sol est fait de safre, un grès mollassique facilement friable composé de sable et de sédiments laissés par les mers intérieures lors des ères secondaires et tertiaires.

Être sous les crêtes du massif de la Lance, à quelques 350 mètres d’altitude protège des excès de chaleur et équilibre les vins. Le Mistral est une autre composante importante de ce terroir, il oblige souvent à traiter les vignes avant 6 heures du matin. Il balaie les parcelles, sèche les sols après les pluies, concentre les baies et permet de conserver des raisins sains. 

Leurs expositions au soleil et au Mistral, leurs altitudes et de légères variations pédologiques composent une mosaïque de parcelles à Fontbonau. Aucune ne forme un grand îlot, chacune se distingue et c’est donc naturellement qu'elles sont vinifiées en cuves séparées pour exprimer au mieux leur terroir. Afin de conserver un bel équilibre avec les cultures traditionnelles locales, des oliviers ont été plantés ainsi que des lavandes et des chênes truffiers.

Le mur de la cave

Des vignes méticuleusement soignées par des pratiques bio

Dès la première année, le domaine a été restructuré selon des études de sols. Au fur et à mesure, un drainage des parcelles, un programme de rééquilibrage avec la plantation d’un hectare de Roussanne et de Viognier puis de Syrah, de Cabernets sauvignons en 2010 ont été mis en place.

Un soin méticuleux est apporté à la surface foliaire. L’effet parasol des feuilles permet un mûrissement lent. Le but est d’optimiser la charge de grappes de raisins par pied, d’aider à la maturité de baies saines et cela aux moments les plus opportuns du cycle de la vigne, effectuant, selon les cas, rognages, tris, effeuillages… Tout cela à la main. Une lutte phytosanitaire biologique, une gestion différenciée de la surface foliaire des vignes, des labours mécaniques favorisent l’oxygénation de la terre, aident au développement d’une faune et d’une flore auxiliaires et assurent un meilleur enracinement des vignes : puiser leurs ressources hydriques et minérales sur une plus grande profondeur les rendent moins sensibles aux aléas climatiques.

Tout ce travail minutieux conjugué à un terroir solaire implique inévitablement de petits rendements de 25 hectolitres par hectare en moyenne.  

L'élaboration du vin nécessite un travail à la main, si près du fruit qu'il s'apparente à de l'artisanat, à un véritable ouvrage sur-mesure.

La cave du Domaine

Une cave pensée jusque dans les moindres détails

De toute cette aventure, la construction d’une cave ne fut pas le moindre des défis; pour réveiller cette belle endormie, il fallait  lui offrir un cuvier et un chai à sa mesure. Prenant volontairement le parti d’une architecture contemporaine et écologiquement responsable, le bâtiment a des lignes épurées et produit l’électricité nécessaire à son fonctionnement. L'exigence première du projet était de permettre une vinification au plus proche des raisins qui garantisse l'expression de leurs arômes. C’est ainsi que les cuves furent dimensionnées en fonction de la superficie des parcelles pour que chacune puisse être vinifiée séparément et écoulée ensuite par gravité dans des barriques distinctes.

La cave a donc été pensée en fonction des vendanges qui sont une étape cruciale. Le tri des raisins est effectué au sein même de la parcelle par les vendangeurs et les porteurs puis lors d’un deuxième tri des cagettes en bout de rang. Par la suite, de la réception des raisins à leur élevage en barriques, une vinification traditionnelle est privilégiée, vinification où les raisins puis les jus sont traités de la manière la plus douce possible, selon leur degré de maturité, leur potentiel (qualité des tanins, concentration de couleurs et d’arômes). Tout déplacement de baies est limité :le matériel de réception des vendanges, d’éraflage et de pressurage est mobile. Le raisin fermente sans aucune adjonction avec ses levures indigènes, sans souffre, c’est la magie de la transformation qui donne un vin nature sans les défauts qui sont souvent associés à cette dénomination.

Le souhait de Frédéric et de Jérôme est d'extraire une belle matière en respectant la vendange, pour cela, une éventuelle petite macération pré-fermentaire à froid extrait couleur et arômes nobles du raisin. Pendant la fermentation puis la macération, des piégeages délicats à la main des cuves sont déterminés en fonction des dégustations quotidiennes. Il faut trouver un juste équilibre entre structure, finesse des tanins, expression de la typicité aromatique des cépages et la fraîcheur du fruit.

Après un élevage de 12 mois en barriques, les vins sont mis en bouteilles sans collage ni filtration afin qu’ils puissent conserver toute leur qualité.

L'entrée du chai 

 

NOS AUTRES PASSIONS

Au Domaine de Fontbonau, la nature est si belle et si généreuse qu’elle a naturellement poussé Jérôme et Frédéric à produire de l'huile d’olive, du miel, de l’huile essentielle de lavandin, à planter des chênes truffiers et même à créer un potager... Des petites cultures conduites en agriculture biologique bien-entendu comme pour les vins.

L'OLIVE

Oliviers 2.jpeg
Ramasse olives panier.jpeg
Btlle Huile.jpeg

LA LAVANDE

Champs de lavande
Lavade huile.jpg

LES RUCHES

Ruches.jpg
Pot miel.jpg
Focus olives
Truffière du domaine
Brin de lavande au milieu du champ
Bois avec vu sur les montagnes
Coucher de soleil sur les arbres
Focus raisins
Show More
 

Vin sans souffre agriculture biologique Frédéric Engerer Chateau Latour delicieux meilleur vin naturel nature robe cépage syrah grenache viognier roussanne cotes du rhone guide excellent note classement vigne vignoble talent savoir faire connu

Domaine de Fontbonau

Lieu-dit Fontbonau

26770 Montbrison-sur-Lez

France

Ruches.jpg